[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] []
[]
[L]
[L]
[L]
[L]
[L]
[L]
[L]
[]
[L]
[L]
[]
[foissy-sur-vanne]
[interpretation-reve]
[L]
[]
[André Despois]

Sur les traces du peintre André Despois.

La réponse à ces questions est venue, hélas tardivement, après l’édition d’un livre que je lui ai consacré avec l'aide de mon ami Jean-Claude Morançais ; éclairés en cela par Raymond Despois, l'arrière arrière petit fils du peintre.

  

De façon inattendue je me suis piqué à faire un important travail de recherche sur le peintre André Despois. Ce site se veut avant tout être un point de rencontre pour toutes les personnes qui s’intéressent à la vie et à l’oeuvre de cet homme... et auraient des éléments à connaître, ou me feraient bénéficier de leur éclairage.
Tout m’intéresse. Tout !

Au début de cette quête était son village...

Qui dit peintre dit images, qui dit images dit téléchargement long. Alors patience pour certaines pages..

Promenez votre souris sur toutes les images du site des infobulles appararaîtront

Le marquis de Bérulle, dont le père de notre futur peintre était le jardinier, se trouvait de par son rang, sa noblesse et ses "justices" du baillage de vauluisant être un proche du baron Rougier La Bergerie premier préfet de l’Yonne.
Le 6 Novembre 1807 il écrit à ce dernier pour lui demander de soutenir André Despois. Notre préfet transmettra cette demande à Vivant Denon, directeur des musées sous le Consulat et l’Empire qui plaidera la cause du jeune Despois, alors âgé de 24 ans, auprès du ministre de l’intérieur chargé alors de l’encouragement des sciences, lettres et arts. Jean-Louis David (qui a longtemps séjourné à Sens dans sa famille) a parrainé notre futur peintre et lui a enseigné le néoclassissisme aux Beaux Arts.
Bel Aéropage de "parrains" pour propulser André Despois vers la gloire, sinon la postérité.
Si tous ces hauts personnages ont soutenu le futur peintre, c’est de toute évidence parce qu’ils en avaient pressenti le talent .

Par quel concours de circonstances, par quel "hasard" le petit-fils et fils de modestes jardiniers d’un non moins discret village de l’Yonne a-t-il pu bénéficier des leçons très coûteuses de ces deux gloires ? Vivre, se loger et financer ses études à Paris ?

Que ce fils du jardinier du marquis de Bérulle soit formé à l’école du prestigieux Jean-Louis David et du non moins célèbre Antoine Jean Gros, et qu’il devienne peintre d’histoire, soit la plus haute discipine du néo-classissisme, avait quelque chose "d’anormal".

Autres éléments apparus au fil du temps.

L’actualité de notre recherche

Promenade au Sénat dont son beau-frère fut l’architecte rénovateur. Remerciements au Pdt du Conseil Gal de l’Yonne

Son fils Eugène fut écrivain, son arrière petit-fils Raymond également.

Un simple aperçu de ses tableaux ainsi que ceux d’Eugénie son épouse

Sa vie son oeuvre :-)

 Un bref survol.

Foissy sur Vanne son village natal se trouve en Bourgogne, dans le département de l’Yonne. C’est un modeste village rural qui a finalement peu évolué depuis la naissance de notre peintre le 24 juillet 1783.
Mais c’est aussi le village de mes grands parents, dont un malicieux destin a voulu que j’achète la maison... qui vit naître un 24 juillet 1783 qui vous devinez.

Foissy sur Vanne